Un oeil sur... Bilan du marché immobilier – Septembre 2019

achat vente transaction estimation Colombes Asnieres Courbevoie Bois-Colombes La Garenne

Home and Co fait le point sur le marché immobilier en Petite Couronne et plus précisément dans nos villes de cœur : Asnières, Colombes, Courbevoie, La Garenne et Bois-Colombes. Comment ont évolué les prix des appartements et des maisons depuis le début de l’année 2019 ? Quelles sont les tendances à retenir ?

 

Les prix accélèrent en 2019 en Île-de-France

La tendance haussière sur les prix se confirme. Au 2e trimestre, les prix en Petite Couronne ont continué à grimper au rythme de + 4,5 % pour les appartements et + 3 % pour les maisons. Rien à voir, bien sûr, avec le bond enregistré par les prix parisiens, qui ont franchi le seuil de 10 000 € du mètre carré en moyenne – tout comme Neuilly-sur-Seine. Pour autant, c’est là un nouveau record atteint par la Petite Couronne qui voit son mètre carré moyen approcher des 5 000 €.

Dans les Hauts-de-Seine, il faut compter 5 880 € du mètre carré pour un appartement ancien, avec une perspective de hausse jusqu’à 6 100 € en octobre. Pour les maisons anciennes, la hausse est plus mesurée, mais devrait s’accélérer dans les prochains mois pour atteindre + 4,6 % en octobre. Le budget nécessaire pour acheter une maison dans les Hauts-de-Seine tourne aujourd’hui autour de 624 000 €. (Source : Notaires du Grand Paris)

 

Les prix dans nos villes

  Ville   Appartement   Maison
  Asnières-sur-Seine  Prix moyen : 5 970 €/m2  NA
 Evolution sur 1 an : + 11 %  NA
 Evolution sur 5 ans : + 18 %  NA
  Courbevoie  Prix moyen : 6 610 €/m2  NA
 Evolution sur 1 an : + 2,8 %  NA
 Evolution sur 5 ans : + 15,8 %  NA
  Colombes  Prix moyen : 4 520 €/m2  Prix moyen : 547 700 €
 Evolution sur 1 an : + 4,6 %  Evolution sur 1 an : – 13,3 %
 Evolution sur 5 ans : + 10,5 %  Evolution sur 5 ans : – 0,5 %
  Bois-Colombes  Prix moyen : 5 770 €/m2  Prix moyen : 711 500 €
 Evolution sur 1 an : + 11,2 %  Evolution sur 1 an : – 3 %
 Evolution sur 5 ans : + 16,6 %  Evolution sur 5 ans : + 1,8 %
  La Garenne-Colombes  Prix moyen : 6 270 €/m2  NA
 Evolution sur 1 an : + 5,7 %  NA
 Evolution sur 5 ans : + 22,2 %  NA

(Source : Notaires Paris IDF, 1er trimestre 2019)

Les perspectives pour nos villes

  • Asnières-sur-Seine. C’est LA commune en vue dans le nord des Hauts-de-Seine. Les quartiers les plus prisés sont, sans surprise, ceux du centre-ville, du fait de la proximité de la gare reliant Paris Saint-Lazare. Ici, le prix moyen du mètre carré atteint plus de 7 000 €. Avec la perspective du Grand Paris Express, et une nouvelle gare prévue à la limite de Gennevilliers, les prix ont toutes les chances de poursuivre leur ascension.
  • Courbevoie. Toujours en tête des prix au mètre carré dans notre secteur, la ville continue de susciter l’intérêt des accédants à la propriété et des investisseurs en raison de ses nombreux atouts. La présence du site de La Défense sur son sol n’y est pas pour rien. Il faut également tenir compte des projets urbains qui entourent le projet du Grand Paris, avec de belles opportunités futures.
  • Colombes. Le marché est boosté par l’émergence d’un nouveau segment, celui des appartements familiaux, autrefois réservé aux maisons. Une belle dynamique qui favorise la hausse des prix.
  • Bois-Colombes. La ville enregistre la hausse la plus importante sur le secteur. En cause : un centre-ville dont l’attractivité ne se dément pas, en raison de l’arrivée prochaine d’une nouvelle ligne de métro.
  • La Garenne-Colombes. Les projets d’acquisition se concentrent sur trois quartiers : le Centre Nord (où sont situées la mairie et la gare principale), Les Vallées (réputé pour son dynamisme et sa convivialité) et Les Champs-Philippe (récemment restructuré et redynamisé).

 

En conclusion

Le marché immobilier dans le nord des Hauts-de-Seine se porte bien. Les perspectives à court, moyen et long terme sont excellentes. La progression du volume des ventes (+ 8 % en Petite Couronne) s’appuie sur les mêmes bases que l’année passée : faiblesse des taux d’intérêt et désir d’accéder à la propriété. Toutefois, la hausse continue des prix pourrait avoir pour conséquence une stagnation des transactions.